Où je vous expose ma vision du métier

Quand on me demande ce que je fais dans la vie, ça suscite encore plus de questions.

En France, le métier d’agent artistique n’est pas très connu en ce qui concerne le domaine des arts plastiques.

Voici d’ailleurs la définition, d’après le site de l’APCE :

métier agent artistique

 

Définition qui ne prend donc en compte que les arts du spectacle. Étonnant, et un peu frustrant aussi quand on cherche à se lancer dans cette carrière et à obtenir plus de renseignements !

Cette méconnaissance de l’activité d’agent artistique pour plasticiens (peintres, photographes, sculpteurs, dessinateurs, etc.) justifie les interrogations permanentes de mes interlocuteurs. Mais il est temps de changer cela !

 

Agent quoi ? Mais tu fais quoi ?

Exactement comme pour un musicien, un comédien, je gère la carrière de l’artiste. C’est-à-dire que je fais en sorte de le/la décharger d’un maximum de gestion administrative, et de communication, afin qu’il/elle puisse consacrer la majeure partie de son temps à créer.

Au quotidien, je m’occupe de faire prendre en photo les œuvres de mes artistes, par le très professionnel Nicolas Roger (coucou !), pour avoir un support de qualité, qui me servira à promouvoir le travail de l’artiste sur Internet (via ce site, mais aussi les réseaux sociaux) et dans des dossiers, à destination de tous les prescripteurs et clients potentiels (galeries, centres d’art, FRAC, musées, et tous lieux d’exposition potentiel). Je crée ces fameux dossiers, en construisant un discours autour du travail de l’artiste, et en y joignant également, quand je le peux, ses propres textes explicitant sa démarche. En tant qu’agent, il m’incombe justement de « faire le lien », et de savoir trouver les mots justes qui intéresseront mes divers interlocuteurs. Il s’agit pour moi de convaincre les lieux d’exposition de programmer mes artistes.

 

Ma communication doit être béton ! J’en profite pour traduire ces dossiers en anglais, dans l’optique de propulser mes artistes jusqu’à l’international.

Moi quand je fignole ma communication béton

Moi quand je fignole ma communication béton

Au-delà de cet aspect « chargée de communication », je suis à la disposition de mes artistes pour entreprendre pour eux et avec eux toute démarche importante ou nécessaire. Leur trouver un atelier, proposer leur candidature à une résidence d’artiste, les aider à avancer dans le dédale administratif de la Maison des Artistes, et parfois, simplement, les encourager, les soutenir, et croire en eux.

Et tu choisis tes artistes comment ?

Voilà LA question qui revient tout le temps. Il est important pour moi de sélectionner mes artistes. En tant qu’agent, je suis régulièrement sollicitée. Je prends toujours le temps de répondre quoi qu’il arrive, mais pour moi, plusieurs facteurs rentrent en compte.

J’ai 8 années d’études d’histoire de l’art derrière moi. On peut dire que j’ai une vue d’ensemble assez complète des courants artistiques à travers les époques, des artistes marquants, de ce qui a déjà existé. Puis j’ai travaillé 5 ans en galerie d’art, à côtoyer non seulement des artistes, mais aussi et surtout, des collectionneurs. J’ai participé activement à la sélection de nouveaux peintres pour la galerie, et j’ai eu l’occasion de m’entraîner à défendre un tableau devant un potentiel acheteur, à tenter de lui dénicher l’oeuvre pour laquelle il aura le coup de cœur.
L’œil s’exerce, et je ne sais pas trop comment l’expliquer. Il faut que j’aime les œuvres que je présente, il faut que j’y croie, que je sois capable d’en parler. Je sens le potentiel « vendable » d’une oeuvre, ou d’un travail dans sa globalité.

La relation avec l’artiste est tout aussi capitale. Entre un agent et son artiste, il n’y a pas de hiérarchie, mais un lien qui se doit d’être solide, une confiance et un respect mutuels. C’est pour moi essentiel d’avoir des relations franches, et complètement ouvertes, d’une honnêteté fondamentale avec mes artistes. C’est ce qui me permet de maîtriser mon sujet, de parler d’eux avec passion et conviction.

La relation agent-artistes : allégorie

La relation agent-artistes : allégorie

Pourquoi ce métier ?

En partant de Lyon, j’ai quitté mon « dream job ». Travailler en galerie était tout ce que j’avais toujours voulu faire, et c’est également une opportunité qui ne se présente que très rarement. Je ne me suis donc pas fait d’illusion quant au fait de retrouver un emploi dans ce secteur, surtout à Clermont-Ferrand.

Je n’avais pas non plus les fonds nécessaires à l’ouverture d’une galerie d’art. Pourtant, défendre des artistes, les soutenir, les faire connaître et reconnaître, ces idées ne cessaient pas de vibrer en moi. J’ai donc naturellement choisi d’être agent d’artistes. Je suis au service de mes artistes. Je les écoute, les conseille, les encourage. Je crois en eux, et j’ai envie de les porter le plus haut possible.

Et pourquoi pas, dans 10 ans, 15 ans, envisager d’enfin ouvrir ma galerie, un lieu où partager librement ces nombreux talents que je découvre, et qui méritent qu’on parle d’eux.

L’Art est ma passion. J’ai fait le choix d’essayer d’en vivre, et d’en faire vivre de formidables artistes, qui me font l’honneur de partager ce chemin avec moi.