photographie de l'artiste Laymore par lui-mêmeL’ARTISTE

 

Né en 1976 à Villeurbanne (69).

C’est en 2009, suite à un bouleversement d’ordre personnel, qu’il démarre sa pratique artistique. Plasticien prolifique, ses inspirations sont multiples : de la femme, déclencheur de son besoin de peindre, au domaine historico-mystico-religieux en passant par l’astrophysique.

Artiste protéïforme, l’écrit tient également une part importante dans sa démarche : «Avant de peindre, j’écrivais beaucoup de poèmes. Les mots m’ayant trahi, j’ai eu besoin de m’exprimer autrement.». Sur certaines toiles apparaissent comme des rémanences de cette période, quelques vers intégrés sur un pan d’œuvre, ou des hiéroglyphes, réels ou imaginés, le « non-écrit », le sous-entendu. L’écriture devient alors un matériau comme un autre.

 

Totalement étranger au parcours classique de l’artiste issu des Beaux-Arts, il tient à afficher cette différence, comme un affranchissement des codes de la peinture. Artiste multifacettes, H. Laymore tient non seulement à se démarquer de l’ « élite » des artistes, mais aussi à créer des œuvres qui puissent être accessibles à tous. Métamorphe, il ne fait jamais deux fois la même chose, et se réclame d’une réflexion extérieure et marginale dans l’art contemporain.

Au point de départ d’une œuvre, il y a toujours une émotion, qui va soit tracer son sillon dans la matière, brute et intense, soit s’incarner dans un symbole avec un sens fort, mais qui permet de porter une signification qui sera différente pour chacun. Il utilise d’ailleurs régulièrement des signes – comme l’œil d’Horus – allégories lisibles par tous car ancrées dans l’inconscient collectif.

 

L’Histoire est une thématique importante pour l’artiste, qui a d’ailleurs fait des études en Histoire Ancienne. Les images fortes dont il se sert véhiculent un sens entre le mythe et l’information. C’est un travail sur la mémoire, qui incite les gens à aller chercher plus loin. L’artiste mélange également beaucoup l’histoire et la spiritualité.

 

Ses œuvres sont le produit d’un contraste entre la pulsion, l’émotion changée en matière et un travail découlant de la réflexion, de la recherche.

Ce travail de recherche, d’expérimentation, s’exprime également dans les matériaux choisis : acrylique, mortier, sable, matériaux de récupération, matériaux naturels (écorces, minéraux), papier kraft, vernis-colle, plastique, masques, latex, métal, pointes, feuilles d’or s’appliquent sur la toile.

 

Aujourd’hui, l’artiste sort peu à peu du cadre limité de la toile pour travailler d’autres supports, et sa pratique évolue vers la sculpture.

 

EXPOSITIONS

 

2010 : Exposition individuelle de photographies « RA 2.0 » à l’Interface Club. Interprétation moderne des mythes égyptiens.

2011 : Exposition individuelle de peintures « Axolotl », du nom d’un batracien du Mexique. Un nom obscur pour faire perdre ses repères au visiteur. Exposition organisée par Caz’art, chez l’habitant.

2012 : Exposition individuelle de peintures « Lothos » à l’Evolution’Bar

2013 : Exposition collective organisée par la Freaks Factory à l’occasion de l’Imaginarium du Dr Freaks. Création spéciale : «Onirographe ».

2015 : Exposition à la Mairie du 1er – Lyon