Rope

« Rope », de son nom d’artiste, a 16 ans lorsqu’il découvre Photoshop, et commence à expérimenter la manipulation des images.

Deux ans plus tard, armé de son premier appareil numérique, il commence la photographie.

En 2003, il perd tous ses repères, et suite à un état dissociatif, entame un périple qui, après la Suisse et l’Espagne, le conduira à être hospitalisé à New York.

Cette expérience imprègne son travail, en témoigne la sensibilité dont l’artiste fait preuve dans ses photographies.

Rope est également graphiste. Passionné de lecteur, il écrit régulièrement des textes qui accompagnent ses photographies et aident le spectateur à plonger au cœur de sa vision.


Le mot “rope” de l’anglais signifie corde en Français.
La corde a beaucoup de significations et de nombreuses utilisations.

La corde de Frison-Roche ou bien celle de l’instrument qui fait vibrer l’air et enchante le spectateur. Alors j’espère que mes images et mes mots feront vibrer celle sensible si importante à l’humain.
Rope

Expositions

2009 1ère exposition « Mes premiers pas » à la résidence d’artistes Le Collombier, Cunlhat (63)

2010 exposition « Mes premiers pas » à l’Atelier Jaune, lieu associatif, Clermont-Ferrand

2016 exposition « Urban Color » (art numérique), Le Caveau des Anges, Clermont-Ferrand

2017 début du plus gros projet réalisé ce jour : 1 an à parcourir Clermont-Ferrand pour la série « Urban Color », du 19 septembre 2017 au 19 septembre 2018

2018 exposition au bar « Les Régates », Clermont-Ferrand
exposition à ‘L’instan T », Clermont-Ferrand
exposition au bar « Le bistro de la Mairie », Clermont-Ferrand
exposition à la galerie « Rosa da Rua »
exposition à la résidence 4 rue Robertus dans le cadre des Ateliers Sauvages (OFF des Arts en Balades) – don des œuvres à la résidence

2019 exposition au « Hall de la Petite Rue » – UFCV, Clermont-Ferrand (à venir en mai)

Je veux me comprendre. Même lorsque consciemment je n’essaye pas, une partie de mon être tente de se comprendre.
Lorsque je photographie, ce qui attire mon regard, ce qui marque mon âme est lorsque je touche une partie de « moi ».
La chanson qui résonne le plus en moi reste, jusqu’à présent, un morceau de Lil Wayne intitulé « Mirror« .
C’est un être qui interroge son reflet et qui ne voit pas d’autres amis que ce reflet.

Tout au long de mon travail photographique je n’ai cherché que ce reflet. Pour m’expliquer qui je suis.
Je ne suis pas adepte d’une vie vide de sens. Je crois que les choses n’arrivent pas par hasard.
Et que l’être humain doit comprendre la raison de cette vie qui nous est offerte.

Mais le monde est ainsi fait que cette porte sur notre âme ne s’ouvre qu’à certains moments.
Alors le reste du temps, on erre dans une rêverie, un mirage de nous-même.
Et les plus grands poètes le savent et c’est cette dure réalité qui les plonge dans le spleen. On ne peut être lumineux qu’à certains moments alors il faut accepter de n’être que l’ombre de nous-mêmes la majeure partie du temps.
Quant à mes photographies, elles sont rares celles qui dévoilent ma beauté mais ne sachant pas à quel moment elles surviendront, je me passe d’élitisme et photographie par ivresse, attendant cet instant qui ouvrira mon univers au vôtre.

Rope