Érotismes et Vanités : une review

 

Vendredi 10 juin dernier, l’exposition « Érotismes et Vanités » s’ouvrait à la Cantada II, à Paris.

 

La naissance de l’exposition

J’avais très envie de marquer l’ouverture de l’Agence, et le début de cette belle aventure, par une exposition qui regrouperait mes premiers artistes, ceux qui ont accepté de prendre le risque de se lancer avec moi dans cette histoire.

L’occasion s’est présentée de le faire à la Cantada II, bar-cabaret du 11ème arrondissement de Paris, célèbre également pour ses absinthes.
Qui dit cabaret dit spectacle, et l’artiste YG m’a proposé d’organiser un concert au cours du vernissage. Son style : un rock minimaliste froid, chanté en français. C’est so eighties, ou so nineties, on ne sait pas trop. En tout cas, c’est complètement perché, et j’ai dit banco.
Et bien sûr, un vernissage n’en serait pas un sans buffet, petits fours et mignardises (et les pique-assiettes qui vont avec). Anaïs, qui est également barmaid à la Cantada, venait de lancer son activité de traiteur vegan, en auto-entreprise. Outre l’idée de proposer un buffet différent, j’y ai vu l’opportunité de soutenir une belle initiative, et entre femmes auto-entrepreneures, il faut bien se serrer les coudes !

À voir dans l’exposition

C’était donc parti pour l’exposition, sur le thème « Érotismes et Vanités« , fil rouge pouvant réunir le travail des 6 artistes que j’accompagne actuellement.

Nicolas Roger travaille la photographie au travers des reflets de l’eau, entraînant une difformité de l’image. Aucune retouche logicielle dans ses œuvres.
J’ai choisi d’exposer deux photographies de la série « Cabinet des Réflexions » : Ève et Vanité du photographe

 – Sophie Navas crée des broderies, sur de petits mouchoirs carrés. Ses crânes d’animaux, fins et colorés, sont de charmantes vanités exotiques.
Découvrez ici les œuvres de Sophie Navas visibles dans l’exposition

 – Lia R. « L’érotisme c’est le plaisir qui prend le pas sur la réalité. C’est l’éveil des sens et le trouble qui l’accompagne. C’est quand l’imagination est touchée au point  qu’elle se déverse en flots d’images licencieuses inondant notre esprit de sensuelles vagues dans lesquelles nous nous laissons entraîner remuer, retourner, haletant et tremblant d’un désir profond. L’érotisme c’est la clé des songes, un hymne à l’Amour, le paradis originel. Nos yeux qui s’émerveillent et nos corps qui réclament. »
Œuvres visibles dans l’exposition : (en repro) Déchaînée et Envie, (en originaux) Pornographie 0 et Pornographie 1

 – H. Laymore est obsédé par l’image de la féminité dans ses photographies. Femmes sensuelles, prêtresses mystiques et vierges fetish peuplent ses images. A voir dans l’expo : Arduinna #9 et Blanc Satin #3, ainsi que Le Baiser (en repro)

 – Bisou Belette est une punkette à paillettes. Dans ses dessins, son monde pop-coloré aux airs d’enfance se trouve dévoyé par une cruauté qui n’a rien d’innocente.
Découvrir les œuvres exposées à la Cantada

 – Nadir Merkal explore les lieux abandonnés, les friches industrielles, l’urbex, comme on dit maintenant. Ses photographies sont des histoires, racontées en une image, mais qui en disent tellement plus long.
La photographie « Désolé« , présentée dans l’exposition, invite à beaucoup d’interprétations, sur la déception amoureuse entre autre, mais est aussi une métaphore sur le temps qui passe.

Ci-dessous, vous pourrez découvrir quelques images du vernissage, prises justement par notre cher Nadir. La suite, à voir sur notre page Facebook.

L’exposition reste visible jusqu’au 8 septembre, l’occasion d’y faire un saut dans l’été, aux horaires d’ouverture de la Cantada II. N’hésitez pas à vous renseigner au bar. Et pour une visite guidée, je serai présente à Paris les 1er et 2 juillet, ainsi que du 16 au 20 août environ et je me ferai un plaisir de vous accompagner, si c’est gentiment demandé !